le Mardi 23 juillet 2024
le Mardi 9 juillet 2024 16:00 Politique

L’IA au service de la francophonie

Pourquoi faire confiance à Francopresse.
La rencontre entre les thèmes de la francophonie et de l’intelligence artificielle inspire le ministre Randy Boissonnault, qui y voit un partenariat possible.  — Photo : Tara Winstead – Pexels
La rencontre entre les thèmes de la francophonie et de l’intelligence artificielle inspire le ministre Randy Boissonnault, qui y voit un partenariat possible.
Photo : Tara Winstead – Pexels
FRANCOPRESSE – L’intelligence artificielle est le thème général de la 49e session plénière de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), qui se déroule à Montréal jusqu’au 10 juillet. Les participants se demandent comment ces outils modernes peuvent servir, et non nuire, aux francophones.
L’IA au service de la francophonie
00:00 00:00

La session plénière de l’Assemblée de la Francophonie (APF) se déroule à Montréal du 5 au 10 juillet 2024 à l’invitation du Parlement du Canada.

Le ministre Boissonnault souhaite que l’IA reflète la dualité linguistique du Canada. 

Photo : Marianne Dépelteau – Francopresse

«Ça va toucher toutes nos communautés, tous nos pays […] elle ne connait pas de frontières linguistiques ou culturelles», a lancé le ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et des Langues officielles, Randy Boissonnault, lors de son discours d’ouverture lundi.

Il a ensuite parlé de la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle (IA), dont la deuxième phase a été annoncée en juin 2022.

À lire aussi : Quelle place pour la francophonie canadienne dans l’intelligence artificielle?

«S’en servir pour le bon»

«Je veux être certain que l’on développe l’intelligence artificielle avec le français et la vie francophone en tête», explique le ministre en entrevue avec Francopresse.

Selon lui, il y a moyen de se servir de l’intelligence artificielle pour faire la promotion des cultures francophones. Sans détailler la manière d’atteindre ce but, le ministre a insisté sur la visibilité des francophones dans le domaine.

«Les Américains et les Chinois développent leurs systèmes d’intelligence artificielle, et le Canada est à la même hauteur, dit-il. Je veux que les francophones, les francophiles, les francocurieux et les francoqueers soient vus par l’intelligence artificielle.»

Des membres de l’APF sont venus des quatre coins du monde pour la 49e session plénière. 

Photo : Marianne Dépelteau - Francopresse

«Étant francophone en situation minoritaire, je veux avoir accès aux cultures francophones, ajoute le Franco-Albertain. Mais aussi la culture francophone de mon coin, pas seulement de France ou du Québec. C’est très important d’avoir le noyau au Québec, mais il faut aussi que nos communautés à l’extérieur du Québec rayonnent et s’épanouissent avec l’appui de l’IA.»

Néanmoins, le ministre fait une mise en garde : il faut se servir d’une IA responsable, et non d’une IA qui «veut accélérer l’assimilation ou augmenter la mésinformation et la désinformation». «Il faut s’en servir pour le bon et pas pour le mal», conclut-il.

Le député conservateur Joël Godin, président de la Commission des affaires parlementaires de l’APF, rappelle que la Section canadienne de l’Association a déposé des rapports liés à la désinformation ainsi qu’à la protection de lanceurs d’alerte.

On est face à des situations particulières comme tout groupe linguistique. Évidemment que l’intelligence artificielle est un élément très important à considérer et on va travailler là-dessus.

— Joël Godin

À lire aussi : L’intelligence artificielle, les nouvelles et vous (Édito)

Le français doit se frayer un chemin

Le Québec, par exemple, a déjà commencé à jouer avec l’IA. Mais il y a encore des problèmes à régler avant que la province devienne le noyau qu’espère voir Randy Boissonnault.

Joël Godin est ministre fantôme des Langues officielles. 

Photo : Facebook

«Le Québec est dans une bonne position, mais c’est drôle, sa technologie qui est inventée ici est vendue ailleurs. Et d’ailleurs, elle est pensée pour ailleurs. Donc le français dans le domaine de l’intelligence artificielle n’est pas présent», explique René Villemure, député bloquiste de Trois-Rivières et vice-président de la Section canadienne de l’APF.

Il a remarqué que l’on peut obtenir des logiciels traduits en français, mais que les versions originales dans cette langue sont plus rares.

La force du français dans le domaine de l’IA avait d’ailleurs fait partie des discussions de la Commission politique de l’APF en 2022.

À l’époque, René Villemure avait questionné la responsable de l’Observatoire OCDE des politiques de l’IA, Karine Perset, sur le français en IA. Celle-ci n’avait pas offert de constats clairs, mais ses réponses avaient tout de même encouragé l’ancien sénateur Dennis Dawson à conclure que la place du français dans les domaines scientifiques tels que l’IA méritait d’être renforcée.

«Ça m’inquiète, parce que le monde de l’intelligence artificielle, c’est un monde d’anglophones, laisse tomber René Villemure. Et ce n’est pas la langue le problème, c’est la pensée unique qu’elle amène.»

Ça «passe par l’éducation»

Également présent à l’évènement de l’APF, le sénateur acadien René Cormier confie à Francopresse que «l’intelligence artificielle n’est pas forcément uniquement un mal pour notre société». «Il y a des avantages.»

Selon René Cormier, une bonne maitrise de l’intelligence artificielle passe par l’éducation. 

Photo : Courtoisie

Il s’agit de bien savoir l’utiliser correctement et la clé, c’est l’éducation. «Au niveau universitaire par exemple, il faut qu’il y ait une éthique, une déontologie […] beaucoup de formation est nécessaire», prévient le sénateur.

«Il faut vraiment que l’intégration de l’intelligence artificielle dans notre société passe par l’éducation dans les écoles, dans les universités, autant chez les étudiants que chez les professeurs.»

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’on parle de découvrabilité et de promotion francophone à l’APF. René Cormier raconte que la Loi sur la diffusion continue en ligne a déjà été un sujet de discussion à la Commission de l’éducation, de la culture et de la communication de l’APF.

«On a abordé cette loi pour faire valoir comment le Canada avait travaillé pour s’assurer que, dans les grandes plateformes, le produit culturel francophone et les artistes de la francophonie puissent être visibles.»

À lire aussi : L’intelligence artificielle, une odyssée vers l’inconnu

Concilier employabilité et francophonie

Randy Boissonnault devra, dans sa mission de faire découvrir la culture francophone à l’aide de l’IA, concilier ses deux portefeuilles ministériels : les emplois, que l’IA peut générer et les langues officielles.

Questionné sur ce défi, le ministre donne l’exemple d’un entrepreneur francophone qui cherche à obtenir un brevet pour protéger sa propriété intellectuelle.

René Villemure se dit «très soucieux» de la place du français dans le domaine de l’IA. 

Photo : Marianne Dépelteau – Francopresse

«On a déjà des brevets simples qui sont déjà vérifiés par des engins de l’intelligence artificielle au sein de notre gouvernement. [Dans le cas d’]un brevet plus complexe, c’est un être humain qui doit traiter ce dossier. Donc, pour moi, rendre le gouvernement plus efficace dans le traitement de dossiers qui touchent les francophones, c’est très important.»

Le ministre parle aussi de profiter des possibilités d’efficacité qu’offre l’IA. «Tout ce qui est en arrière, paperasse, dossiers, qui peut être traité par les machines d’intelligence sociale, pour moi, c’est très important. Et quand ça touche la culture ou la langue, moi, c’est très important qu’on ait des politiques en place pour protéger notre francophonie.»

D’après René Villemure, l’équilibre entre les emplois créés par l’IA et la protection de la francophonie est «périlleux». «Je sais que [Randy Boissonnault] a une grande affection pour les langues officielles, mais je crois que l’emploi, qui est actuellement un problème majeur à travers le pays, va requérir un peu plus son attention», suggère-t-il.

Type: Actualités

Actualités: Contenu fondé sur des faits, soit observés et vérifiés de première main par le ou la journaliste, soit rapportés et vérifiés par des sources bien informées.

Montréal

Marianne Dépelteau

Journaliste

Adresse électronique: