le Mardi 23 juillet 2024
le Samedi 4 mars 2023 13:00 Éducation

Postsecondaire en français : le financement permanent du fédéral se fait attendre

Pourquoi faire confiance à Francopresse.
Alors que le budget fédéral doit tomber dans les prochaines semaines, le milieu du postsecondaire francophone attend que les libéraux respectent leur promesse de financement de 80 millions de dollars annuels pour les établissements dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.  — Photo : Charles DeLoye — Unsplash
Alors que le budget fédéral doit tomber dans les prochaines semaines, le milieu du postsecondaire francophone attend que les libéraux respectent leur promesse de financement de 80 millions de dollars annuels pour les établissements dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire.
Photo : Charles DeLoye — Unsplash
FRANCOPRESSE – Après l’Université d’Ottawa, qui a reçu près de 35 millions de dollars, c’est au tour de l’Université de Saint-Boniface à Winnipeg, de recevoir une part du financement fédéral destiné au postsecondaire francophone. Mais partout au pays, d’autres établissements continuent de traverser des difficultés et demandent au fédéral d’exécuter sa promesse d’appui.
Postsecondaire en français : le financement permanent du fédéral se fait attendre
00:00 00:00

Le gouvernement fédéral a de nouveau pioché dans son enveloppe de 121,3 millions promise en 2021 aux établissements postsecondaires francophones. Cette fois, la somme de 5,3 millions de dollars, annoncée le 27 février, vise à financer deux projets sur trois ans, à l’Université de Saint-Boniface (USB) à Winnipeg, au Manitoba.

Le premier projet concerne la mise en service d’un nouveau logiciel en français, afin d’assurer une meilleure gestion des inscriptions des étudiants. Le second devrait permettre à l’établissement d’améliorer son image pour recruter de nouveaux élèves, notamment grâce à une communication modernisée.

Cette nouvelle s’inscrit dans une série d’annonces similaires du gouvernement fédéral à l’échelle nationale ces derniers mois.

À lire aussi : Des investissements fédéraux en infrastructures postsecondaires à venir

Patrimoine canadien (PCH) explique avoir lancé des appels en 2021-2022 et en 2022-2023 auprès des gouvernements provinciaux et territoriaux, pour financer des projets dans le secteur de l’éducation postsecondaire dans la langue de la minorité.

Dans un courriel adressé à Francopresse, PCH confirme qu’il a dépensé jusqu’à présent 90 678 587 dollars sur trois ans pour 37 projets liés au postsecondaire en français. Plus de 30 millions sont encore disponibles, jusqu’à l’expiration de l’enveloppe totale de 121,3 millions, le 31 mars 2024.

Toutes les demandes de financement reçues par Patrimoine canadien ont été évaluées selon «le mérite, en fonction de critères d’évaluation précis et du montant demandé par les établissements», affirme David Larose, responsable des relations avec les médias à Patrimoine canadien.

D’autres établissements ont par ailleurs reçu des fonds en 2022 grâce à cette même enveloppe, «mais les sommes n’ont pas été formellement annoncées à travers un communiqué de presse».

D’autres annonces visant à appuyer le postsecondaire en milieu minoritaire devraient tomber en 2023-2024.

D’autres établissements concernés

En juin 2022, le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta a reçu près de 13,3 millions sur trois ans, dont 10 millions de la part du gouvernement fédéral.

L’investissement avait soulagé l’établissement, sans être la solution, selon l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA). Pierre Asselin, alors vice-président de l’organisme, avait confié au journal Le Franco «la solution qui est proposée n’est pas une solution permanente».

Pour se sortir de sa situation précaire, l’Université de Sudbury a de son côté émis deux recommandations fin janvier, lors des consultations prébudgétaires de l’Ontario. L’établissement a reçu l’an dernier près de 2 millions de la part du fédéral.

Les deux établissements n’ont pas donné suite aux demandes d’entrevue de Francopresse.

À lire aussi : L’Université de Sudbury recommande de réserver des fonds immédiatement (Le Voyageur)

Financement de projets urgents

Martin Normand, directeur de la recherche stratégique et des relations internationales à l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), attend le budget fédéral pour s’assurer que les libéraux rendront bien permanent l’appui de 80 millions de dollars promis aux établissements postsecondaires. 

Photo : Guillaume Lamy

Néanmoins, les 121,3 millions promis par le fédéral n’ont jamais été destinés à financer des projets à long terme, rappelle Martin Normand, directeur de la recherche stratégique et des relations internationales à l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC). «C’est une façon de répondre aux besoins ponctuels et urgents des établissements», appuie-t-il.

Certains ont par exemple reçu des financements pour développer leur système informatique. «Remplacer un parc informatique coute extrêmement cher, note Martin Normand. Dans certains cas [cette aide] peut avoir une incidence sur tout le fonctionnement de l’établissement. Ça ne règle pas tous les problèmes de financement, mais ça vient enlever une certaine pression quand des besoins urgents peuvent être résolus.»

Le recteur de l’Université de Moncton, Denis Prud’homme, confirme : «L’appui de 18,5 millions de dollars que nous avons reçu l’an dernier [27,8 millions au total avec l’ajout provincial, NDLR] nous permet de faire du rattrapage. Ça a été un appui énorme pour des investissements qu’on ne pouvait pas se permettre de faire avant. Et ç’a aidé à la stabilisation des finances de l’université.»

Le rattrapage concerne notamment les technologies de l’université néobrunswickoise, autant au sein de son administration que pour le matériel proposé aux étudiants. Un aspect sur lequel l’établissement accuse encore un retard important.

À lire aussi : Technologies : l’U de M s’attaque à son «retard impressionnant» (Acadie Nouvelle)

Refusant de citer des chiffres précis, le recteur fait remarquer que l’Université de Moncton n’est «pas vraiment dans une situation de déficit, mais dans un objectif de rattrapage» et que malgré le «gros appui» reçu en 2022, il souhaite que l’aide fédérale continue, pour stabiliser certains programmes de financement de langue officielle «qui n’ont pas été bonifiés» ni «ajustés sur l’inflation».

Denis Prud’homme précise qu’il s’agit de programmes qui permettraient l’enseignement du français et de l’anglais langue seconde, ainsi que l’aide pour le développement de la recherche en français, l’ajout de livres en français pour la bibliothèque et des bourses pour les étudiants.

Denis Prud’homme est recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick. 

Photo : Courtoisie Université de Moncton

80 millions attendus dans le prochain budget fédéral

Avec un budget fédéral qui devrait tomber dans les prochaines semaines, Martin Normand rappelle que l’ACUFC attend que le gouvernement rende l’enveloppe de 80 millions de dollars promise par les libéraux permanente, afin d’appuyer les établissements postsecondaires des communautés de langue officielle en situation minoritaire au Canada.

L’ACUFC a réitéré sa demande de voir cette enveloppe inscrite dans le budget fédéral ainsi que dans le Plan d’action pour les langues officielles, prévus dans les prochaines semaines.

«On veut s’assurer que ce fonds permette aux établissements de proposer des projets capables de stabiliser sur le long terme», indique Martin Normand.

Denis Prud’homme souligne de son côté que si cet appui financier de 80 millions est maintenu, son établissement pourra songer à investir dans les programmes en français ainsi que dans la rénovation verte des infrastructures vieillissantes.

Type: Actualités

Actualités: Contenu fondé sur des faits, soit observés et vérifiés de première main par le ou la journaliste, soit rapportés et vérifiés par des sources bien informées.

Inès Lombardo

Correspondante parlementaire

Adresse électronique: