le Mardi 6 Décembre 2022
le Vendredi 11 novembre 2022 15:19 | mis à jour le 11 novembre 2022 16:17 Politique

Feuilleton de la Colline — Semaine du 7 novembre 2022

  Mélanie Tremblay – Francopresse
Mélanie Tremblay – Francopresse
FRANCOPRESSE – Cette semaine, malgré la relâche parlementaire, l’actualité fédérale a suivi son cours : la Chine aurait tenté de s’ingérer dans les élections canadiennes de 2019 ; l’immigration francophone était à l’honneur avec deux annonces au Nouveau-Brunswick, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, subit des critiques de toutes parts pour sa gestion des langues officielles et Justin Trudeau apparaitra à l’émission Canada’s Drag Race.
Feuilleton de la Colline — Semaine du 7 novembre 2022
00:00 00:00

Alors que Justin Trudeau était en déplacement mercredi au Nouveau-Brunswick pour une annonce sur l’accès à Internet, il a ouvertement critiqué la décision du premier ministre de la province, Blaine Higgs, de nommer Kris Austin à un comité de révision de la Loi sur langues officielles. 

Justin Trudeau a été cinglant : «Ça ne fait aucun sens de choisir quelqu’un […] qui a démontré tout au long de sa carrière qu’il n’est pas intéressé pantoute à protéger les langues officielles, le français, le bilinguisme au Nouveau-Brunswick. […] Oui, je vais le soulever avec le premier ministre Higgs.»

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs. 

Photo : Alexandre Boudreau — Acadie Nouvelle

Plus tôt cette semaine, la députée fédérale de Fredericton, Jenica Atwin, et ses cinq homologues libéraux fédéraux de la province ont envoyé une lettre à Blaine Higgs pour demander de retirer Kris Austin du comité. 

Les quatre députés conservateurs fédéraux ont refusé de signer la lettre, dénonçant plutôt le choix de Justin Trudeau de ne pas avoir nommé de gouverneure générale du Canada et de lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick francophones. 

Blaine Higgs a de son côté exprimé sa «surprise» sur l’intervention de Justin Trudeau, assurant qu’il maintiendrait son choix. Le premier ministre de la seule province bilingue a aussi remis en cause la pertinence du rôle du Commissariat aux langues officielles de la province en le qualifiant de «négatif».

  • Un nouveau programme d’immigration économique pour les francophones au Nouveau-Brunswick

Le ministre d’Immigration, réfugiés et citoyenneté Canada (IRCC) a annoncé lundi le lancement du Projet pilote sur les travailleurs critiques du Nouveau-Brunswick, dans la foulée du lancement de la 10e Semaine nationale de l’immigration francophone, célébrée cette année sous les thèmes des traditions et de l’avenir.

Il s’agit d’un moyen d’attirer des travailleurs qualifiés dans des professions dont les postes sont difficiles à pourvoir, alors que le Canada vit toujours une pénurie de main-d’œuvre accrue, particulièrement dans les emplois nécessitant la maitrise du français.

Les employeurs participant pourront fournir une formation professionnelle et linguistique, ainsi que des conseils et du soutien aux nouveaux arrivants de la province. Cette annonce répond à la volonté affichée du gouvernement dans son Plan des niveaux d’immigration 2023-2025 d’attirer les immigrants pour faire «croître l’économie».

  • Un centre national d’innovation en immigration francophone inauguré à Dieppe

Un centre d’innovation en immigration francophone a été inauguré jeudi à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, dans le cadre de la Semaine nationale de l’immigration francophone. 

Le centre aura une vocation nationale et devra rendre les programmes d’immigration plus accessibles en vue d’augmenter le nombre de candidats d’expression française sélectionnés. Le centre a aussi pour but de faire des études de cas pour mieux répondre aux besoins des employeurs et des communautés francophones en matière de main-d’œuvre bilingue. 

Des efforts de promotion internationale devront aussi être déployés par le biais du Centre pour attirer et recruter des candidats d’expression française sur le marché du travail canadien.

Tentative d’ingérence chinoise dans les élections canadiennes de 2019, tensions autour des transferts en santé entre ministres fédéral et provinciaux et Justin Trudeau à l’émission Canada’s Drag Race

  • Une intervention du gouvernement chinois dans les élections canadiennes fédérales

Selon des révélations de Global News lundi, la Chine aurait tenté d’influencer le résultat des élections fédérales canadiennes de 2019, notamment pour défaire des candidats, libéraux et conservateurs, perçus comme anti-Chinois. 

Toujours selon la chaine, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) a indiqué au gouvernement que le consulat de Chine à Toronto aurait facilité le transfert de sommes importantes vers un réseau d’au moins 11 candidats aux élections de 2019 qui embauchaient des «agents de Pékin» comme personnel de campagne.

Alors que Pierre Poilievre a fait part de sa volonté d’instaurer un comité pour enquêter sur les révélations de Global News, Justin Trudeau a simplement souligné que son gouvernement «a pris des mesures importantes pour renforcer l’intégrité de nos processus électoraux et de nos systèmes». 

  • La tension monte sur les transferts fédéraux en santé

Mardi, les négociations entre le fédéral et les provinces et territoires sur les transferts en santé se sont soldées par un échec. 

Alors que les provinces et territoires veulent faire passer les transferts de 22 % à 35 %, à travers le Transfert canadien en matière de santé (TCS), les ministres provinciaux ont qualifié les négociations d’échec «avant même la fin des échanges», selon Jean-Yves Duclos, ministre fédéral de la Santé. 

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos.

Photo : Courtoisie Facebook — Jean-Yves Duclos

«Malgré le geste d’ouverture que nous avons posé hier, les collègues provinciaux et territoriaux ont reçu l’ordre de leurs premiers ministres de ne pas faire de progrès supplémentaires. Par conséquent, les premiers ministres nous empêchent de prendre des mesures concrètes et tangibles […]», a affirmé le ministre de la Santé.

Le ministre Duclos a blâmé les premiers ministres provinciaux de «forcer mes collègues à ne parler que d’une seule et même chose, l’argent».

Mario Simard, porte-parole en matière d’Affaires intergouvernementales pour le Bloc québécois a réagi : «La demande du Québec et des provinces est claire : le gouvernement fédéral doit augmenter sa part à hauteur de 35 %, soit 28 milliards $ par année, et ce, sans conditions.» 

  • Élection partielle à Mississauga–Lakeshore le 12 décembre

Dimanche, le premier ministre a annoncé la tenue d’une élection partielle le 12 décembre dans la circonscription ontarienne de Mississauga—Lakeshore. Le poste est inoccupé depuis que l’ancien député libéral, Sven Spengemann a quitté ses fonctions pour un poste aux Nations Unies.

Charles De Sousa, ancien ministre des Finances de l’Ontario se présentera sous la bannière libérale. Le conservateur Ron Chhinzer, la néodémocrate Julia Kole et la candidate du Parti vert Mary Kidnew brigueront aussi les suffrages dans ce bastion libéral. Il s’agira du premier affrontement électoral entre Pierre Poilievre et Justin Trudeau. 

  • Justin Trudeau, juge de l’émission Canada’s Drag Race

Cette semaine l’émission Canada’s Drag Race : Canada vs. The World a annoncé la participation de Justin Trudeau en tant que juge éphémère pour l’épisode du 18 novembre.

Justin Trudeau est le premier chef de gouvernement à apparaitre dans une émission de la franchise Drag Race.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Photo : Inès Lombardo— Francopresse

 

«Dans les arénas de hockey, les gymnases d’école, les centres-villes et les maisons de retraite de toutes les communautés du pays, nous promettons de ne jamais oublier les sacrifices que les membres des Forces armées canadiennes et nos anciens combattants ont faits pour nous. Nous portons des coquelicots rouges sur notre cœur pour nous souvenir de ceux qui ont fait le sacrifice ultime.»

Justin Trudeau, premier ministre du Canada, le 11 novembre 2022.