le Vendredi 9 Décembre 2022
le Mardi 18 octobre 2022 13:00 Libre opinion

Ottawa enquêtera sur les prix alimentaires : tant mieux!

  Kampus Production - Pexels
Kampus Production - Pexels
LIBRE OPINION – Même si certaines accusations envers nos grandes chaines d’alimentation s’avèrent sans fondement, il n’en demeure pas moins que certaines augmentations de prix à l’épicerie s’expliquent difficilement ces derniers temps.
Ottawa enquêtera sur les prix alimentaires : tant mieux!
00:00 00:00

Avec le tapage causé par le scandale à Hockey Canada, peu de gens ont eu connaissance au début d’octobre qu’Ottawa a décidé d’enquêter sur l’inflation alimentaire et sur l’abus allégué des grandes chaines de distribution alimentaire.

Cette décision prise par le Comité parlementaire permanent de l’agriculture attribuera l’examen de la situation aux membres de son comité dans les prochains mois.

Il faut d’abord saluer la décision d’Ottawa. Même si le Canada présente en ce moment le troisième taux d’inflation alimentaire le plus bas au sein des pays du G7, après le Japon et la France, notre inflation alimentaire dépasse l’inflation générale depuis maintenant 13 mois consécutifs. Et les consommateurs s’en rendent compte chaque fois qu’ils vont à l’épicerie.

Mais enquêter uniquement sur la distribution et le commerce de détail constituerait une erreur, et le comité semble le reconnaitre. Les Canadiens s’attendent plutôt à ce que nos parlementaires étudient l’état de l’industrie.

La distribution alimentaire demeure complexe et engage plusieurs entreprises à la fois, de la ferme à la table. L’étendue de l’enquête se doit d’inclure l’ensemble de la chaine.

Plusieurs accusent les enseignes comme Métro, en Ontario et au Québec ou, Loblaw-Provigo et Sobeys-IGA, au Québec, d’abuser de la situation et de gonfler les prix injustement. D’après l’information publiquement disponible, ce n’est pas le cas, loin de là!

Une petite évaluation toute simple, comparant les marges bénéficiaires des trois grands détaillants – Loblaw, Sobeys et Métro – des cinq dernières années, nous démontre que leurs résultats financiers se révèlent plutôt modestes.

Ainsi, à la fin de leur exercice respectif en 2021, avec au moins une bonne année de pandémie, les marges bénéficiaires de ces détaillants affichaient 3,7 % pour Loblaw, 2,7 % pour Empire-Sobeys et 4,5 % pour Métro.

Les rendements restent à peu près les mêmes depuis les cinq derniers exercices financiers. Certes, des résultats intéressants et des profits effectivement à la hausse comparativement aux années prépandémie. Toutefois, ces rendements se retrouvent généralement sous le taux d’inflation alimentaire de l’époque ou au même niveau.

Autrement dit, le rendement de ces chaines a fait «du surplace» si on le compare avec l’augmentation du cout de la vie. Et l’année 2022, jusqu’à présent, ne semble pas si différente que cela.

Bien sûr, les accusations des derniers mois portent sur le slogan des «profits records». Certes, ces 2 % ou 3 % de rendement en 2021, transposés en argent, ne ressemblent aucunement aux 2 % ou 3 % enregistrés cinq ans auparavant. Les revenus augmentent, mais les dépenses aussi. Bien que les montants augmentent, les pourcentages demeurent les mêmes.

Malgré cela, les perceptions continuent. Presque 80 % des Canadiens prétendent qu’il y a de l’abus intentionnel et ils n’ont pas tout à fait tort d’entretenir ces doutes. L’industrie a quand même déçu l’opinion publique à quelques reprises ces dernières années, surtout avec l’histoire du «cartel du pain». Les accusations ont pleinement leur raison d’être, même si elles semblent sans fondement réel.

— Sylvain Charlebois, professeur titulaire et directeur principal du Laboratoire de recherche en sciences analytiques agroalimentaires, Université Dalhousie

L’étendue de l’enquête d’Ottawa portera sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement, de la production au détail, ainsi que sur les salaires, une bonne approche. Si l’on découvre que des abus existent, ces derniers se retrouveront peut-être en amont de la chaine.

Pour notre laboratoire [à l’Université Dalhousie], une partie de l’inflation s’explique objectivement par certains facteurs macroéconomiques comme les chaines d’approvisionnement ébranlées par la pandémie, le manque de main-d’œuvre et l’invasion de l’Ukraine.

Mais certains prix que nous voyons à l’épicerie s’expliquent difficilement, surtout au comptoir des viandes, dans la section laitière, et celle des poissons et fruits de mer. Aussi, on comprend mal le bienfondé de certaines hausses de prix dans la boulangerie ces temps-ci.

En somme, durant l’enquête, le comité parlementaire devra maintenir un raisonnement sobre et vertueux, sans tomber dans l’imaginaire et le superlatif. Vendre un produit à un prix exorbitant ne constitue pas nécessairement de l’escroquerie, pourvu que les consommateurs aient du choix et que les entreprises ne tentent pas de contrôler les conditions du marché.

L’augmentation des frais d’exploitation ne devrait pas non plus constituer le seul facteur attribuable à des hausses de prix. L’élasticité des prix ainsi que l’élasticité de la demande en général représentent aussi des éléments importants en distribution alimentaire. Il faut le reconnaitre.

Individualiser les différences entre certains comportements abusifs et des pratiques commerciales acceptables présentera un défi de taille pour le comité. Mais l’exercice en vaut la peine, pour qu’un plus grand nombre de Canadiens puissent comprendre le fonctionnement de nos chaines d’approvisionnement alimentaire.