le Vendredi 12 août 2022
le Mercredi 20 juillet 2022 13:00 Éducation

Étudier la langue tlicho, de Yellowknife à Toronto

Patrick Arsenault, directeur général du CNF, Pierre Ouellette, recteur de l’UOF et Édith Dumont, vice-rectrice, Partenariats, collectivités et relations internationales de l’UOF. — Photo : Page Facebook CNF
Patrick Arsenault, directeur général du CNF, Pierre Ouellette, recteur de l’UOF et Édith Dumont, vice-rectrice, Partenariats, collectivités et relations internationales de l’UOF.
Photo : Page Facebook CNF
IJL – RÉSEAU.PRESSE – L’AQUILON (Territoires du Nord-Ouest) – Suivi par plus de 150 apprenants du Collège nordique francophone de Yellowknife depuis 2016, un cours sur la culture et la langue tlicho sera désormais offert virtuellement à la communauté étudiante de l’Université de l’Ontario français de Toronto.

La façade du Collège nordique francophone au centre-ville de Yellowknife.

Photo : Batiste Foisy – Archives L’Aquilon

Le Collège nordique francophone (CNF) a conclu en juin une entente de partenariat avec l’Université de l’Ontario français (UOF), qui se traduira dès cet automne par un échange d’expertise entre les deux établissements.

Le cours «Leadership et la gestion de la diversité», conçu par la jeune université torontoise, sera ainsi offert à Yellowknife dès la rentrée, tandis que les étudiants ontariens pourront étudier à distance la culture et la langue tlicho.

Le cours de l’UOF sera suivi par l’ensemble du personnel du CNF, mais sera également proposé aux gestionnaires, directeurs d’entreprises et autres professionnels du gouvernement ou d’organismes «qui souhaitent débuter ou poursuivre une démarche de diversité et d’inclusion, et qui s’intéressent au leadeurship et la gestion de la diversité», explique le directeur général du CNF, Patrick Arsenault.

Consultez le site du journal L’Aquilon

Bientôt un établissement reconnu?

Les gouvernements du Canada et des Territoires du Nord-Ouest ont annoncé le 19 juillet l’octroi de près de 5 millions $ au CNF pour «[aider] le Collège à accroître l’accès aux études postsecondaires en français à sa population étudiante en offrant des programmes qui répondent aux besoins de main-d’œuvre de la communauté franco-ténoise».

Le CNF ne peut actuellement pas accorder officiellement de diplômes ou de crédits sans passer par des ententes avec d’autres établissements. Grâce à ce financement, il pourrait devenir d’ici 2024 le premier établissement postsecondaire francophone autonome dans le Grand Nord.

Un rayonnement pour le tlicho

Deux enseignantes des TNO se consacreront au cours virtuel sur la culture et la langue tlicho. «Offrir ce cours aux étudiants est une manière pour [l’UOF] d’appuyer leurs propres démarches en matière de vérité et réconciliation. L’approche leur est apparue très innovante», indique M. Arsenault.

«Nous sommes désormais en mesure de faire rayonner l’expertise que nous mettons de l’avant depuis des années avec nos cours de tlicho, qui sont très populaires à Yellowknife, et ce, dans un autre milieu francominoritaire à l’extérieur des TNO, souligne le directeur. Nous pouvons élargir notre champ d’influence et la portée de nos efforts.»

Il s’agit d’un cours de sensibilisation à la culture et à la langue tlicho, mais l’apprentissage de la langue en fait bien plus qu’un cours d’histoire et de description de la culture. C’est une chose que l’on vit. En apprenant à parler la langue tlicho, on pose un acte concret, on se situe dans une situation d’échange avec cette langue. L’étudiant est ainsi au cœur de l’apprentissage.

— Patrick Arsenault, directeur général du CNF

L’Université de l’Ontario français a ouvert ses portes à Toronto en septembre 2021.

Photo : Page Facebook UOF

Initié au printemps 2022, ce partenariat entre les deux institutions est appelé à s’élargir avec la jeune université francophone de Toronto, qui a ouvert ses portes à l’automne 2021.

«L’entente signée n’est pas spécifique à ces deux cours, confirme le directeur du CNF. C’est un premier cas concret vers un partenariat plus large. L’Université de l’Ontario français est une petite institution, assez agile, tout comme nous. Nos ambitions sont similaires sur plusieurs plans.»

Les futures orientations du CNF

L’intégration du cours «Leadeurship et gestion de la diversité» au CNF permettra non seulement d’élargir l’offre de cours à la francophonie ténoise, mais également d’appuyer les futures orientations de l’établissement, explique encore M. Arsenault.

«Ce partenariat avec l’Université de l’Ontario français pourra nous aider à pousser la réflexion, tout en nous permettant, dans l’immédiat, d’offrir des formations auxquelles nous n’aurions pas accès autrement. Nous allons certainement apprendre de ce partenariat», ajoute le directeur, lui-même en poste depuis mai 2022.

Selon lui, d’autres ententes de partenariat pourraient être annoncées au cours des prochains mois, voire avant la fin de l’année 2022 : «Nous cherchons à offrir de plus en plus de programmes et de cours. Cette collaboration nous permet d’être exposés à différentes manières de travailler, de construire des cours, et nous aide à développer des compétences pour renchérir sur ce qu’on fait et offrir des programmes de mieux en mieux pour les Franco-Ténois.»

Le CNF annonçait en janvier une entente de partenariat avec le Collège La Cité d’Ottawa, qui lui permettra d’offrir dès septembre 2022 une formation en éducation de la petite enfance en français. Le modèle proposé permet notamment aux élèves du secondaire des Territoires du Nord-Ouest d’obtenir des crédits pour l’obtention de leur diplôme.