le Mardi 5 juillet 2022
le Dimanche 5 juin 2022 7:30 Art de vivre

Les projets germent à la serre communautaire d’Iqaluit

IJL — RÉSEAU.PRESSE – LE NUNAVOIX (Nunavut) – Bien que la chaleur ne soit pas encore au rendez-vous à Iqaluit, la verdure a déjà fait son apparition dans la serre communautaire de la ville. La participation de nombreux bénévoles permet d’assurer une bonne production au cours de la saison et ainsi d’offrir des produits frais aux Iqalummiut.

Un programme de formation préalable à l’emploi est offert par le centre Qajuqturvik avec les récoltes de la serre communautaire.

Photo : Courtoisie Centre communautaire d’alimentation Qajuqturvik

Amorcé en 2001, le projet de la serre communautaire d’Iqaluit est né du désir d’un groupe de résidents qui souhaitaient construire et exploiter une telle installation. Vingt ans se sont écoulés et la communauté continue, année après année, de se mobiliser pour veiller au bon déroulement de cette initiative.

Depuis le début d’avril, plusieurs bénévoles ont d’ailleurs participé aux activités de formation, de plantation et d’arrosage. La culture en serre comporte certains défis au Nunavut compte tenu du climat froid qui y règne, mais grâce à de récentes améliorations, la saison de 2022 s’est amorcée plus tôt qu’à l’habitude.

Consultez le site du journal Le Nunavoix

Donner en retour à la communauté

Une serre communautaire constitue un lieu de partage, d’échange et d’entraide : «L’objectif est de produire de la nourriture pour donner à la communauté, mais aussi d’apprendre ce qu’il est possible de faire pousser», résume Jordan Blake, vice-présidente de la serre communautaire d’Iqaluit, investie dans cette initiative depuis quatre ans.

Selon elle, cette initiative comporte un volet éducatif. «C’est aussi un espace pour les gens pour venir et apprendre d’où vient la nourriture parce qu’il y a beaucoup de locaux qui ne comprennent pas comment la nourriture est produite», ajoute Jordan Blake.

D’ailleurs, elle précise à ce sujet qu’elle aimerait que de jeunes étudiants puissent visiter la serre cette année afin qu’ils en apprennent davantage sur la culture d’aliments.

La laitue, les carottes, les citrouilles, les haricots, les petits pois, les concombres, les radis ainsi que les betteraves feront partie des cultures cette saison. Lors des dernières années, des tentatives ont lieu pour faire pousser des tomates, mais sans succès.

La grande majorité des récoltes sont offertes au Centre communautaire d’alimentation Qajukturvik, qui offre cinq jours par semaine un repas gratuit à la communauté.

Rachel Blais est directrice du Centre communautaire d’alimentation Qajuqturvik.

Photo : Site Web Centre communautaire d’alimentation Qajuqturvik

«Nous nous efforçons de faire en sorte que tous nos repas soient préparés chaque jour avec des aliments frais et nutritifs. La serre communautaire d’Iqaluit fournit des légumes-feuilles frais et d’autres produits tout au long de l’été pour le plaisir des membres de notre communauté», déclare Rachel Blais, directrice de Qajuqturvik.

Les produits locaux sont également utilisés dans d’autres programmes du centre communautaire d’alimentation, y compris celui de formation préalable à l’emploi.

«L’année dernière, les stagiaires ont appris à faire des minitartes à la citrouille et à préparer des assiettes avec des citrouilles, des concombres et des betteraves de la serre», ajoute Rachel Blais.

Jordan Blake précise que, cet été, des soirées pour la communauté seront tenues et les personnes qui seront venues prêter main forte pourront repartir avec des aliments.

Grâce à l’ajout de quatre chaufferettes à l’intérieur de la serre l’été dernier, il a été possible cette année d’effectuer les premiers semis dès le mois d’avril. Quant aux dernières récoltes, elles devraient avoir lieu vers la fin septembre ou le début du mois d’octobre.

«C’est juste pour maintenir la température parce que, durant le jour, quand il fait -20 °C dehors, dans la serre c’est comme s’il faisait 30 °C. Le chauffage, c’est juste pour maintenir la température pendant la nuit», explique Jordan Blake.

Une implication essentielle

Les récoltes à la serre sont en grande partie offertes au centre communautaire d’alimentation Qajukturvik, qui offre cinq jours par semaine un repas gratuit à la communauté.

Photo : Courtoisie Centre communautaire d’alimentation Qajuqturvik

L’engagement de la communauté demeure un élément clé pour la réussite de cette initiative.

Pour l’instant, Jordan Blake précise qu’une vingtaine de personnes ont déjà manifesté leur volonté de participer aux différentes tâches, qui comprennent entre autres l’arrosage et le contrôle de la température à l’intérieur de la serre.

«Il y a plusieurs équipes, tout dépendant de l’intérêt et de la façon dont les bénévoles souhaitent participer», résume-t-elle.

Sarah Paquin-Lamontagne, résidente d’Iqaluit, a vu la demande de bénévoles pour les premières activités de plantation sur la page Facebook de la serre communautaire. Elle dit avoir nettement senti l’envie d’offrir un peu de son temps pour une première année.

«Le manque de contact avec la terre au Nord me manque, malgré le fait que j’ai des plantes et quelques herbes et légumes à la maison, confie-t-elle. J’aimerais contribuer et faire participer mes enfants afin qu’ils se sentent davantage connectés à la terre.»