le Lundi 23 mai 2022
le Vendredi 29 avril 2022 14:11 | mis à jour le 29 avril 2022 14:13 Politique

Feuilleton de la Colline — Semaine du 25 avril 2022

  Photo : Inès Lombardo - Francopresse
Photo : Inès Lombardo - Francopresse
FRANCOPRESSE - Cette semaine, sur la Colline : pas de francophones au conseil d’administration du CN, le convoi de motards «Rolling Thunder» attendu à Ottawa, le scandale des vacances de Justin Trudeau déterré par les conservateurs et Santé Canada donne le feu vert aux dons de sang d’hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes, sauf au Québec.
  • Un convoi de motards «Rolling Thunder» cette fin de semaine à Ottawa 

Le convoi de motards «Rolling Thunder» est attendu à Ottawa à compter du 29 avril pour manifester en faveur des vétérans, selon les organisateurs. Divers autres motifs circulent sur les médias sociaux dont la «reprise» du Monument de la Guerre alors que d’autres souhaitent prolonger le convoi de camionneurs qui a occupé le centre-ville d’Ottawa pendant trois semaines en février dernier.

Les résidents ottaviens se montrent inquiets. En février, ils avaient eu recours à la justice pour faire cesser les klaxons qui retentissaient jour et nuit.

Les corps policiers d’Ottawa et de Gatineau sont en place depuis le 28 avril au soir et une zone d’exclusion des véhicules motorisés a été mise en place.

Plus sur la francophonie

  • Pas de francophone au conseil d’administration de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada

Après le tollé provoqué en novembre dernier par le président-directeur général d’Air Canada Michael Rousseau, c’est au tour de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) basée à Montréal, entreprise sous juridiction fédérale, de déclencher les foudres de la communauté francophone.

Après le départ de Jean Charest, qui a délaissé le conseil d’administration de la compagnie au profit de sa campagne pour la course à la chefferie conservatrice, le CN n’a pas proposé de candidature francophone pour le remplacer.

La présidente-directrice générale du CN Tracy Robinson a toutefois assuré que le conseil d’administration de l’entreprise est en plein processus pour recruter un administrateur francophone. Mais elle n’a pas précisé comment ni quand ce recrutement n’allait être réalisé.

À la Chambre des communes, le Parti conservateur et le Bloc québécois ont critiqué le premier ministre pour sa gestion du français dans les entreprises sous juridiction fédérale. Ce dernier a répliqué que, si l’absence de francophones au conseil d’administration du CN était «inacceptable», le projet de loi C-13 de modernisation de la Loi sur les langues officielles couvrait l’obligation du respect des langues officielles.

Le Parti conservateur a assuré qu’il préparait notamment un amendement au projet de loi sur le français dans ces entreprises en particulier.

  • Un juge franco-ontarien à la tête de la Commission sur l’état d’urgence

Le juge franco-ontarien Paul Rouleau a été nommé par Justin Trudeau à la tête de la Commission sur l’état d’urgence, chargée d’enquêter sur le recours à la Loi sur les mesures d’urgence, invoquée par le gouvernement fédéral le 14 février 2022, pour mettre fin à l’occupation du centre-ville d’Ottawa par le convoi de camionneurs.

Le juge franco-ontarien Paul Rouleau présidera la Commission sur l’état d’urgence.

Photo : Courtoisie UOF

À lire aussi : Un «Convoi de la liberté» prêt à rester

Il s’agissait du premier recours à cette loi depuis sa promulgation en 1988. La Loi, entrée en vigueur deux semaines après le début de l’occupation, a été révoquée neuf jours plus tard, déclenchant plusieurs reproches sur son utilité.

Des critiques remettent en question l’indépendance du juge Paul Rouleau, qui avait versé quelques centaines de dollars au Parti libéral en 2019.

Un cadeau empoisonné pour le premier ministre Trudeau

  • L’affaire des vacances de Justin Trudeau chez l’Aga Khan refait surface

L’affaire des vacances en 2016 de Justin Trudeau et sa famille sur l’ile privée de l’Aga Khan, chef musulman ismaélien, a émergée de nouveau cette semaine.

Photo : Inès Lombardo - Francopresse

Le Parti conservateur a obtenu des documents internes en vertu de la Loi d’accès à l’information démontrant que la police envisageait d’enquêter sur lui pour fraude.

Un rapport de l’ex-Commissaire à l’éthique Mary Dawson, rendu public en 2017, avait conclu que Justin Trudeau avait enfreint plusieurs articles de la Loi sur les conflits d’intérêts, car l’Aga Khan était le fondateur d’un organisme de bienfaisance qui avait reçu de l’argent fédéral.

Une enquête de la GRC en 2019 avait confirmé qu’il y avait des motifs «raisonnables» de soupçonner Justin Trudeau de fraude pour avoir accepté des vacances gratuites d’une personne faisant affaire avec le gouvernement.

Le Code criminel stipule que les représentants du gouvernement ne peuvent accepter de cadeaux de quelqu’un qui a des relations avec le gouvernement, sauf s’ils ont le consentement écrit du chef de leur branche du gouvernement. Dans ce cas, ce serait le premier ministre lui-même.

Ainsi, en 2019, vu que Justin Trudeau est le chef du gouvernement, la GRC a déclaré qu’il n’était pas clair s’il avait le pouvoir de s’accorder la permission d’accepter le cadeau.

En Chambre cette semaine, le premier ministre a affirmé qu’il ne s’était «pas accordé la permission d’accepter le cadeau». Pour la cheffe par intérim du Parti conservateur, Candice Bergen, ça constitue une nouvelle preuve, ce qui signifie que la GRC devrait réexaminer l’affaire.

Questionné en chambre jeudi par les députés de l’opposition, le premier ministre a répondu que les «conservateurs n’ont trouvé que ça» pour s’occuper et que pour lui, «l’affaire est close depuis des années».

  • Santé Canada donne le feu vert au don de sang aux hommes homosexuels, bisexuels et pansexuels canadiens : le Québec devra «attendre un peu plus longtemps»

Le 28 avril, Santé Canada a supprimé la période obligatoire de trois mois pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes qui souhaitent donner leur sang. Cette interdiction sera levée en septembre.

Au Québec, la période d’attente demeure en place à court terme, sauf pour les dons de plasma. Le premier ministre Justin Trudeau veut voir disparaitre cette exclusion rapidement au Québec : «[…] ce ne serait pas juste que les Canadiens partout au pays, sauf au Québec, voient une fin à cette discrimination».

Il a toutefois confirmé que dans cette province, les hommes touchés par cette obligation «doivent attendre encore un peu plus longtemps. Mais c’est à Héma Québec de faire les déterminations. C’est une agence indépendante».

  • Une entente avec les Premières Nations pour l’eau potable

Le 28 avril, le gouvernement du Canada a reconnu «les torts causés dans le passé aux Premières Nations en raison du manque d’eau potable».

Les chefs Wayne Moonias de la Première Nation de Neskantaga, Doreen Spence de la Nation Crie de Tataskweyak et Emily Whetung de la Première Nation de Curve Lake ont annoncé conjointement avec la ministre des Services aux Autochtones Patty Hajdu, que la période de réclamation est ouverte dans le cadre de l’entente de règlement liée à l’eau potable.

Cette dernière reconnait que toutes les Premières Nations méritent un «accès fiable à l’eau potable», que le gouvernement indemnise ceux qui en ont été privés et qu’il donne aux Premières Nations l’assurance que les générations futures n’auront pas à s’inquiéter de savoir si leur eau est potable».

  • Facebook aurait «menti», selon Pablo Rodriguez
Photo : Twitter Pablo Rodriguez

Le ministre de Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez soutient que Meta a «menti» en menaçant de couper les liens vers les sites de média dont elle utilise le contenu si le projet de loi C-18 est adopté.

Selon le ministre, les représentants de Meta se seraient plaints de ne pas avoir été consultés [au sujet du projet de loi C-18]. «Je les ai moi-même rencontrés le 10 février. Mon équipe leur parle régulièrement. C’est sûr qu’ils n’ont pas vu le projet de loi avant les parlementaires, on respecte les procédures parlementaires, mais ils ont été consultés comme les différentes plateformes.»

Le projet de loi C-18 déposé le 5 avril par Pablo Rodriguez assure que les géants du Web comme Facebook et Google rétribueront les médias canadiens dont ils utilisent le contenu. Le texte, inspiré du modèle australien, régit notamment les ententes et les négociations entre médias et géants du Web.

À lire aussi : Partage des revenus avec les géants du Web : l’écart se creuse entre petits et grands médias

Citations de la semaine

«Le premier ministre a l’indignation un brin sélective. Le PDG d’Air Canada se moque du français, un vice-président du CN parle seulement en anglais devant le comité des Langues officielles, tous les deux sont de souche [francophone]. Reconnait-il qu’en nommant une lieutenante-gouverneure au Nouveau-Brunswick et gouverneure générale qui ne parlent pas le français, il dit à tout le monde que le français est une frivolité folklorique?»

— Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois en période de questions à la Chambre des communes, le 27 avril 2022