le Lundi 23 mai 2022
le Vendredi 22 avril 2022 13:06 | mis à jour le 22 avril 2022 17:59 Politique

Feuilleton de la Colline : Semaine du 18 avril 2022

  Photo : Social Soup Social Media - Pexels
Photo : Social Soup Social Media - Pexels
FRANCOPRESSE – Cette semaine sur la Colline : découverte de tombes anonymes sur le site d’un ancien pensionnat en Saskatchewan, un statut distinct pour la patrie des Inuits, une première étape de franchie pour huit candidat·e·s à la chefferie conservatrice et des fonds pour les Ukrainiens.
  • Pensionnats autochtones : découverte d’autres tombes anonymes en Saskatchewan

Le 21 avril, la Première Nation George Gordon confirme avoir découvert 14 tombes anonymes potentielles sur le site de l’ancien pensionnat du même nom, au nord de Regina, en Saskatchewan.

Les découvertes sont le résultat de mois de recherche avec un radar pénétrant dans le sol, a affirmé le chef de la Première Nation, Byron Bitternose.

Le pensionnat George Gordon, créé en 1888, a fermé ses portes en 1996, ce qui en fait l’un des pensionnats ayant été en activité le plus longtemps au pays.

Dans la foulée de cette annonce macabre, les néodémocrates ont réitéré leur demande auprès du gouvernement libéral «d’une augmentation importante du financement pour entreprendre des enquêtes médicolégales sur les sites des anciens pensionnats, enquêtes qui doivent être menées sous l’autorité des communautés autochtones concernées», a assuré la porte-parole du NPD en matière de Services aux Autochtones et de Relations Couronne-Autochtones, Lori Idlout.

Le parti demande aussi la nomination d’un procureur spécial qui consultera la Cour pénale internationale (CPI) et de traduire en justice les auteurs de crimes contre l’humanité commis par le biais de structures colonialistes.

  • Un statut distinct pour l’Inuit Nunangat, la terre des Inuits

L’Inuit Nunangat, la patrie des Inuits au Canada.

Photo : Courtoisie Oceans North

L’Inuit Nunangat a été reconnue le 21 avril comme une région géographique, culturelle et politique distincte par Justin Trudeau. Ce dernier, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), Natan Obed, et des membres du Conseil des ministres fédéral et des dirigeants inuits ont approuvé une nouvelle politique sur l’Inuit Nunangat.

Natan Obed, président de l’Inuit Tapiriit Kanatami et Justin Trudeau lors de l’approbation de l’Inuit Nunangat.

Photo : Capture d'écran CPAC

La politique vise également les zones urbaines où les Inuits résident. Elle orientera la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de l’ensemble des politiques, des programmes, des initiatives et des services fédéraux nouveaux ou modifiés qui seront en vigueur dans l’Inuit Nunangat ou dont bénéficieront les Inuits. Le fédéral s’est engagé à verser 25 millions $ sur cinq ans pour la mise en œuvre de cette politique.

L’Inuit Nunangat est la patrie des Inuits au Canada. Quatre régions la composent : le Nunavut, le Nunavik (dans le nord du Québec), Inuvialuit (les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon) et le Nunatsiavut (le long de la côte nord du Labrador).

  • Un nouveau fonds canadien pour les réfugiés ukrainiens

Sean Fraser, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, a annoncé le 20 avril le nouveau Fonds de voyage Ukraine-Canada, lancé en partenariat avec Miles4Migrants, The Shapiro Foundation et Air Canada.

Sean Fraser, ministre d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (3e en partant de la gauche) lors de l’annonce d’un nouveau fonds d’aide aux Ukrainiens qui souhaitent arriver au Canada rapidement.

Photo : Page Facebook de Sean Fraser

Air Canada fait un don de 100 millions de points Aéroplan dans le cadre de cette initiative et la Fondation Shapiro s’engage à égaler les contributions faites par les Canadiens jusqu’à hauteur de 50 millions de points. L’objectif est de financer le voyage en avion d’au moins 10 000 Ukrainiens et de leur famille.

Ce programme s’adresse aux ressortissants ukrainiens et aux membres de leur famille les accompagnant qui sont titulaires d’un visa ou titre de voyage canadien valide et qui ont été autorisés à se rendre au Canada.

Les Canadiens et les entreprises canadiennes peuvent faire don de leurs points Aéroplan au Fonds de voyage Ukraine-Canada.

Le ministre Fraser a rappelé que malgré l’engagement d’Ottawa pour organiser des vols nolisés pour des Ukrainiens qui tentent de venir au Canada, une «combinaison» avec des vols commerciaux était nécessaire pour répondre à la crise humanitaire ukrainienne.

«Nous voulons employer nos ressources de façon plus rationnelle. On accélère le traitement des dossiers à Varsovie, mais il se peut que les réfugiés fassent une étape en route. Il n’y a aucune prévisibilité dans les flux migratoires, ce qui rend difficiles les prévisions pour les locations d’avions», a-t-il assuré, en conférence de presse.

Un sondage a été lancé par son ministère, dans lequel des Ukrainiens peuvent préciser où ils se trouvent pour passer aux prochaines étapes de planification pour les vols qu’il nolisera.

  • Parti conservateur : huit candidats qualifiés pour la course à la chefferie

Huit candidat·e·s ont franchi la première étape de validation des critères d’inscription, le 19 avril. L’élection du nouveau chef aura lieu le 10 septembre prochain. Seulement deux personnes sur les huit qualifiées maitrisent parfaitement les deux langues officielles.

Les huit candidat·e·s sont :

  • Scott Aitchison (Ontario)
  • Leona Alleslev (Ontario)
  • Roman Baber (Ontario)
  • Patrick Brown (Ontario)
  • Jean Charest (Québec)
  • Marc Dalton (Colombie-Britannique)
  • Leslyn Lewis (Ontario)
  • Pierre Poilievre (Ontario)

Selon le Parti conservateur, des vérifications doivent se poursuivre pour d’autres candidatures. D’autres noms pourraient donc apparaitre sur la liste.

Les candidat·e·s doivent maintenant récolter 500 signatures et déposer 300 000 $ de frais d’inscription et de dépôt de conformité d’ici le 29 avril. Seuls Jean Charest, Leslyn Lewis et Pierre Poilievre ont déjà franchi cette étape.

Le Parti conservateur du Canada a confirmé lundi que les deux premiers débats officiels auront lieu le mercredi 11 mai à Edmonton (en anglais) et le mercredi 25 mai à Montréal (en français). Un troisième débat officiel pourrait avoir lieu en aout, juste avant le vote du 10 septembre.

En attendant, un premier débat non officiel en anglais, organisé par le réseau Canada Strong and Free, un groupe de pression conservateur fondé par l’ancien chef réformiste Preston Manning, aura lieu le 5 mai à Ottawa.

  • Une aide postcovid de plus

Cette semaine, le gouvernement fédéral a annoncé qu’un paiement de subvention unique sera envoyé automatiquement aux bénéficiaires du Supplément de revenu garanti (SRG) et de l’allocation qui ont touché la Prestation canadienne d’urgence (PCU) ou la Prestation canadienne pour la relance économique (PCRE) en 2020. Cette mesure qui avait été annoncée dans la Mise à jour économique et budgétaire de 2021.

  • Des prêts étudiants pour les médecins et le personnel infirmier des communautés rurales et éloignées

Le 19 avril, la ministre du Développement économique rural Gudie Hutchings a rappelé une augmentation des prêts étudiants pour les médecins et le personnel infirmier travaillant dans les communautés rurales et éloignées. Cette mesure fait partie du budget 2022.

Le ministre a annoncé une injection de plus de 33 millions $ pour augmenter de 50 % le montant maximal d’octroi des prêts d’études canadiens. Cette mesure se traduira par des prêts d’études pouvant atteindre 30 000 $ pour les étudiant·e·s en soins infirmiers et 60 000 $ pour les étudiant·e·s en médecine travaillant dans des communautés rurales ou éloignées mal desservies.

Photo : Page Facebook d'Alexis Brunelle-Duceppe

 

«Alors qu’une guerre sévit en Ukraine, et cause le déplacement de millions de personnes, et après des semaines à demander au gouvernement fédéral de faire sa part en nolisant des avions pour faire venir les Ukrainiens au Québec et au Canada, le ministre annonce aujourd’hui un programme de points Aéroplan. Ce serait risible si ce n’était aussi triste. Le Bloc réitère sa position : le fédéral doit mettre en place une passerelle aérienne afin de faire venir les Ukrainiens fuyant la guerre.»

— Alexis Brunelle-Duceppe, porte-parole en matière d’Immigration pour le Bloc Québécois