le Mercredi 7 Décembre 2022
le Vendredi 11 mars 2022 13:00 Politique

Le feuilleton de la Colline – Semaine du 7 mars 2022

Le feuilleton de la Colline, semaine du 7 mars 2022. — Mélanie Tremblay - Francopresse
Le feuilleton de la Colline, semaine du 7 mars 2022.
Mélanie Tremblay - Francopresse
FRANCOPRESSE – Cette semaine sur la Colline, même si les parlementaires sont en pause jusqu’au 21 mars, l’actualité politique ne s’est pas arrêtée. Justin Trudeau a rencontré plusieurs chefs d’États européens pour coordonner les actions du Canada avec celles des autres pays de l’OTAN en Ukraine, Jean Charest se lance dans la course à la chefferie du Parti conservateur et la gouverneure générale honore quatre Canadiennes.
Le feuilleton de la Colline – Semaine du 7 mars 2022
00:00 00:00

Justin Trudeau a conclu vendredi une tournée européenne au cours de laquelle il a rencontré plusieurs chefs d’État pour discuter de la guerre en Ukraine, notamment avec le chancelier d’Allemagne Olaf Scholz.

Photo : Twitter CanadianPM

Justin Trudeau a conclu vendredi une tournée en Europe en compagnie de la vice-première ministre Chrystia Freeland, de la ministre de la Défense, Anita Anand, et de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly afin de rencontrer plusieurs chefs d’État pour discuter de la guerre en Ukraine, de la crise des réfugiés et de la position de l’OTAN dans cette guerre.

Il a notamment rencontré Boris Johnson, premier ministre du Royaume-Uni, les dirigeants des pays baltes, le chancelier allemand, Olaf Scholz, les dirigeants polonais et la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris.

Au dernier jour de sa tournée, le premier ministre a annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie et des investissements supplémentaires de soutien à l’Ukraine.

Vidéo de présentation de la candidature de Jean Charest.

Photo : Capture d'écran - Francopresse

La course à la chefferie conservatrice prend un autre tour

L’ancien premier ministre du Québec et ancien chef du Parti conservateur, Jean Charest, s’est officiellement lancé dans la course à la succession d’Erin O’Toole le 10 mars après une décennie loin de la scène politique.

Plus tôt dans la semaine, la chroniqueuse politique Tasha Kheiriddin, qui avait annoncé son souhait d’être candidate à la chefferie du Parti conservateur, s’est rangée derrière Jean Charest.

Deux autres candidats ont déjà lancé leur campagne, soit députés ontariens Pierre Poilièvre et Leslyn Lewis. La candidature de Patrick Brown, maire de Brampton en Ontario, devrait aussi être officialisée pendant la fin de semaine.

Tasha Kheiriddin s’est retirée de la course à la chefferie du Parti conservateur pour appuyer Jean Charest.

Photo : Twitter Tasha Kheiriddin

Cet ancien chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario (PPCO) avait dû démissionner après des démêlés avec la justice à propos d’un reportage de CTV, en 2018 évoquant des inconduites sexuelles. Le différend entre le réseau de télévision et Patrick Brown s’est réglé en faveur de ce dernier en milieu de semaine.

Les résultats de la course à la direction du Parti conservateur seront connus le 10 septembre.

8 mars : des prix remis par la gouverneure générale à quatre Canadiennes

Lors de la Journée internationale des droits des femmes, la ministre des Femmes, de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, Marci Ien, a remis les Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire «personne» à quatre Canadiennes.

Photo : Facebook Marci Ien

Lors de la Journée internationale des droits des femmes, la ministre des Femmes, de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, Marci Ien, a remis les Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire «personne» à quatre femmes dont la contribution a été jugée «exceptionnelle» à l’avancement de l’égalité des femmes et des filles au Canada. Ces quatre Canadiennes sont Monique Aubry Frize, Carina Gabriele, Bailey Greenspon et Caitlin Salvino.

En 1929, le Comité judiciaire du Conseil privé de Londres a déclaré que le mot «personne» désigne aussi bien une femme qu’un homme. Cette décision a permis aux femmes de siéger au Sénat, une revendication de cinq Albertaines en 1927, les Cinq femmes célèbres. Leur combat judiciaire est connu depuis comme l’affaire «personne».