le Mardi 17 mai 2022
le Vendredi 11 février 2022 7:30 Francophonie

La mode et le logement au menu du Parlement jeunesse pancanadien 2022

Lors des éditions en présentiel, comme en 2018, le PJP se déroulait dans la salle du Sénat. — Photo : Archives Francopresse
Lors des éditions en présentiel, comme en 2018, le PJP se déroulait dans la salle du Sénat.
Photo : Archives Francopresse
FRANCOPRESSE – Imaginons un Parlement où les politiciens laisseraient de côté la partisanerie pour se concentrer sur le bien commun ; où les partis d’opposition, tout en se permettant de se dresser contre certaines mesures gouvernementales, feraient leur possible pour améliorer les projets de loi ; et où le tout se déroulerait dans le plaisir. Utopique? Une telle démarche a lieu du 11 au 13 février à l’occasion du 11e Parlement jeunesse canadien.

Le Parlement jeunesse pancanadien (PJP) est une activité organisée à chaque deux ans par la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF). Il vise à initier des jeunes de partout au pays à la joute politique de la Chambre des communes, en simulant des travaux parlementaires.

La présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française, Marguerite Tölgyesi.

Photo : Courtoisie FJCF

«On a des partis politiques, carrément inventés, vraiment très loin de la réalité. C’est un peu comme du théâtre, explique la présidente de la FJCF, Marguerite Tölgyesi. On donne un rôle au député, on leur assigne un parti un peu aléatoirement. On a un gouvernement, on a une opposition officielle et un tiers parti.»

Une cinquantaine de participants âgés de 14 à 25 ans vont débattre en fin de semaine de deux projets de loi. Habituellement, l’évènement se déroule dans la salle du Sénat, mais pour la première fois depuis la tenue de ce parlement fictif, le tout se déroulera de façon virtuelle, pandémie oblige.

Les projets de loi sont rédigés par un «Cabinet» faisant office d’exécutif. «Le Cabinet, c’est un peu le comité organisateur de l’évènement, ajoute Marguerite Tölgyesi. Ce sont des membres élus lors de la dernière édition du Parlement jeunesse. On suit vraiment les procédures de la Chambre des communes.»

Les jeunes participants sont-ils des députés modèles? «Je dois dire qu’on suit des fois pas mal plus les règles [que les véritables politiciens]!» s’amuse-t-elle.

À lire aussi : Marguerite Tölgyesi, première Yukonaise à la présidence de la FJCF

Des projets de loi sur la mode et le logement

Cette année, deux projets de loi sont débattus au PJP. Marguerite Tölgyesi, qui agit également comme présidente de l’Assemblée pendant cet exercice, estime qu’ils sont très novateurs :

C-2 : Loi sur la nationalisation et la démocratisation de la mode

  • Proposé par le ministre de l’Expression esthétique matérielle et des hardes ;
  • Parce que l’industrie de la mode telle qu’elle existe renforce des stéréotypes des genres ;
  • Qu'elle renforce des pressions esthétiques et met de l’avant des images corporelles irréalistes ;
  • Et que le choix des styles à la mode est fait par une classe bourgeoise qui contrôle les médias.

C-3 : Loi permettant l’intégration du concept de finitude aux logements canadiens

  • Proposé par le ministre du Logement ;
  • Parce que les milieux urbains sont de plus en plus sujets à des phénomènes de surenchères du prix des loyers ;
  • Que des individus et des groupes d’individus se servent de l’immobilier comme d’une valeur refuge ;
  • Et que des changements législatifs doivent être considérés pour rendre le logement plus accessible.

Ces deux projets de loi seront débattus par les participants regroupés en trois partis politiques fictifs. Le parti Environnementaliste standardisé au soutien de l’organisation rigoureuse (ESSOR) forme le gouvernement. L’opposition officielle est le parti de l’Union urbaine unie (UUU). Enfin, le Parti de l’élitisme totalitaire (PÉT) constitue le tiers parti.

Le chef du PÉT, Pierre Duguay-Boudreau, du Nouveau-Brunswick, en est à son troisième PJP. Il explique que «toutes nos prises de position sont basées sur le maintien ou l’amélioration de la liberté économique et individuelle de l’élite canadienne, c’est-à-dire les Céline Dion et les Sydney Crosby de ce monde. Dans le fond, on est juste un parti régulier, mais honnête!».

Pierre Duguay-Boudreau s’est déjà aventuré dans la vraie sphère politique, ayant été candidat pour le Parti vert lors des élections provinciales du Nouveau-Brunswick en 2020. Même si le PJP est un genre de parodie de la vie politique actuelle, il en a tiré des leçons pour son expérience électorale.

Pour bien parodier quelque chose, il faut le comprendre, donc c’est ce que le Parlement jeunesse amène. Le fait de prendre la joute politique, la méthode et de la transformer de manière humoristique, ludique, ça te permet de mieux comprendre comment ça marche.

— Pierre Duguay-Boudreau, chef du Parti de l’élitisme totalitaire au PJP 2022

À lire aussi : Les frontières tombent au Parlement jeunesse pancanadien 2020

Plateforme virtuelle et volet média

Les participants navigueront au sein du logiciel Gather Town, un univers virtuel élaboré qui, pour l’occasion, recrée l’environnement de l’édifice du Centre du Parlement. «On y retrouve la Chambre des communes, le Sénat et le grand hall d’entrée, souligne la présidente de la FJCF. Toutes les différentes salles sont faites sur mesure.»

Le logiciel permet aux participants de circuler dans cet espace virtuel, de se parler et de mener des activités comme des conférences de presse et des rencontres de caucus. Les débats, eux, auront lieu sur Zoom.

Le PJP comporte aussi un volet médiatique. Environ six jeunes profiteront de l’évènement pour acquérir une expérience de couverture journaliste avec des reporters expérimentés. Ces jeunes vont publier dans Le Carillon, le journal des travaux du Parlement.

«Ils peuvent aussi choisir d’utiliser les médias sociaux, mentionne Marguerite Tölgyesi. Le volet média est assez dynamique. C’est très cool.»

Le Parlement jeunesse pancanadien 2022 prendra fin le dimanche 13 février, avec l’espoir de revenir, en 2024, à une édition en présentiel à Ottawa.