le Vendredi 3 Décembre 2021
le Vendredi 19 mars 2021 16:13 Arts et culture

La légende de Calamity Jane : les sœurs Campagne célèbrent le Wild West

La Légende de Calamity Jane : Annette Campagne, Michelle Campagne, André Lavergne. — Courtoisie
L’EXPRESS (Toronto) – Le folklore des pionniers et des brigands de l’Ouest canadien et américain inspire le trio musical La légende de Calamity Jane, qui vient de lancer son tout premier EP éponyme de six chansons.

Composé des Fransaskoises Annette et Michelle Campagne (Hart Rouge) et du guitariste gaspésien André Lavergne (Dans L’Shed), le nouveau groupe présente six vignettes de ce Wild West qui a toujours passionné les sœurs Campagne, icônes culturelles des Prairies depuis plus de 30 ans.

Depuis 13 ans, leur festival bilingue Terre Ferme, qui a lieu sur leur ferme familiale en Saskatchewan à 40 kilomètres de la frontière du Montana, est l’évènement de la saison dans la province. C’est là qu’a été tourné l’été le vidéoclip de « 40 jours et 40 nuits« , l’une des six pièces du minialbum.

Spectacle virtuel

«Malgré la pandémie et entre les confinements, notre timing en 2020 a été parfait, expliquent-elles en entrevue. On a pu écrire les chansons, les enregistrer [dans le studio d’André Lavergne à Québec], tourner trois vidéoclips et tourner un spectacle!»

Pour l’instant, à défaut de pouvoir partir en tournée et participer à diverses franco fêtes, la captation du spectacle est offerte dans les réseaux de la francophonie canadienne. Mais Annette et Michelle Campagne ont hâte de pouvoir remonter sur une vraie scène.

Consultez le site du journal L’Express

Capture d'écran L'Express

Hommes durs et femmes fortes

La légende de Calamity Jane célèbre la résilience de celles et ceux qui ont sillonné et développé l’intérieur du continent, en commençant par le nom du groupe honorant un personnage mythique : «une femme aventureuse et intrépide, qui aimait les hommes, l’alcool et l’odeur de la poudre à canon».

Une pièce du EP, « La balade de Will James« , raconte l’histoire vraie d’un autre héros de l’Ouest : le Québécois Ernest Nephtali Dufault, parti en 1907 travailler dans les ranchs de la Saskatchewan et des Prairies américaines, cascadeur dans des films à Hollywood, soldat, dessinateur, écrivain, alcoolique mort à 50 ans… «Je suis un imposteur, mais au moins je suis l’auteur de ma vie», lui font dire les deux sœurs.

Dans « Terre promise », elles chantent : «Entre le Diable et l’Esprit saint, il ne reste plus rien, à part le bleu, blanc, rouge du rêve américain, qui s’écroule sous mes pieds». Un commentaire politique si l’on veut, mais c’est avant tout l’histoire d’une femme qui suit son homme pour la ruée vers l’or.

Tranquillité trompeuse

«Il y a à peine 100 ans, c’était encore le Wild West ici», expliquent les sœurs Campagne. «Le pétrole a remplacé l’or, mais c’est encore un décor majestueux à la tranquillité trompeuse.»

Michelle et Annette Campagne cumulent un patrimoine musical impressionnant, reconnu par de nombreux prix. Et La Légende de Calamity Jane, assurent-elles, ne fait pas disparaitre Hart Rouge ni Dans L’Shed ni leurs projets solos.